· 

La lagune de Quilotoa

La lagune de Quilotoa est située à 3800 m d'altitude dans le parc écologique Inilizas et son volcan culmine à 3914 m. 

 

Comme vous vous en doutez, le meilleur moyen pour approcher les merveilles que la nature nous offre est de marcher. Ca tombe bien, on adore prendre l'air ! 

 

Il y a 36 manières d'approcher le volcan (trek pour atteindre la lagune, marche pour en faire simplement le tour, balade en bateau dans le cratère…) Nous avons opté pour un trek de 3 jours. Celui-ci traverse plusieurs villages pour atteindre la lagune et la longe pour rejoindre le village de Quilotoa d'où nous prendrons un bus pour revenir à Latacunga. 

 

 

Au départ de Sigchos, nous avons donc entamé cette randonnée en empruntant un chemin qui promet d'être varié et plus que délicieux pour les yeux !

 

Jour 1

De Sigchos (2900 m d'altitude) à Isinlivi (3000 m d'altitude) 

  • 4 H / 12 kms
  • Dénivelé positif 490 m
  • Dénivelé négatif 374 m

Comme nous venions de Latacunga, notre marche a commencé vers 12h20. Et là c'est parti pour 2 heures de descente! Attention les cuisses et les genoux, c'est raide ! Nous avons marché sur des chemins aménagés le long des champs pour rejoindre la rivière. Elle est trop belle ! Le clapotis de l'eau sur les pierres en surface est doux, les moutons et les vaches sont pour certains attachés au bord de la route et broutent ce qu'ils peuvent sans se presser et les montagnes se dressent autour de nous comme pour nous protéger. Parfois, il faut monter un peu, traverser des ponts et des passages boueux. Très varié on vous dit ! Nous notons que le soleil est au rendez-vous alors que la météo promettait des averses régulières. Nous n'avons eu aucun nuage gris ni aucune goutte. Alors à vérifier mais il semblerait que regarder la météo en Equateur, bah ça sert à rien! !

 

Pour la deuxième partie de la randonnée, et bien il faut remonter. Vu ce qu'on avait descendu, c'était évident que la montée n'allait pas être une promenade de santé ! Au début on passe à travers champs, à travers heu, bah chez les gens quoi, sur leur "terrasse". On se demande pourquoi le chemin passe là mais après relecture des indications, on est bien sur le bon sentier. Quelques chiens aboient histoire de nous dire qu'on est chez eux quand même. Je précise que quand je dis "terrasse", je parle d'une dalle en béton devant une bicoque en béton, sans fenêtres, avec des bâches et des rafistolages en bois.

Après avoir lancé un franc "buenas tardes !" aux 2 paysans qui vivent là, on continue sur le flanc d'une petite colline, passant sous de grands eucalyptus et surplombant la rivière, MA-GNI-FIQUE.  

 

Puis vient le temps où il faut monter. Parfois ce sont des chemins, parfois il faut passer à travers champs (sans déranger les vaches ;), et là, ça monte sec ! Et c'est parti pour la partie la plus difficile de cette journée, ça ne cessera pas de monter jusqu'au village d'Isinlivi ! Pas des plus agréable mais très bon pour garder la forme !

 

Petite remarque qui a son importance :

 

Pour ce qui est du balisage, l'Hostal Cloud forest qui est sur le chemin de ce trek de 3 jours, a pris soin de mettre des indications rouges et jaunes sous forme de panneaux ou de traces de peinture sur les rochers

On avait aussi un guide d'explications fourni par l'hostal "Tiana" de Latacunga. Sur ce tronçon, on vous conseille de suivre ces explications plutôt que de suivre Maps.me ou les marques rouges et jaune. Nous avons lu à plusieurs reprises que certains ont marché sur la route (qui n'est pas goudronnée). Beaucoup de poussière et aucun intérêt, alors que nous, nous avons fait notre randonnée en pleine nature sur des petits sentiers charmants au bord de la rivière :)

Cliquez sur une image pour l'agrandir :)

Attention, restez bien vigilants car quand il n'y a aucune indication, on peut vite se perdre. On a nous même été rattrapés in extremis par des locaux à deux reprises qui nous ont signalé qu'on ne prenait pas la bonne direction et qui nous ont gentiment montré la voie !

 

 

A Isinlivi, on a dormi au "Taita Cristobal". Super chambre rien que pour nous 2, super vue depuis la chambre et depuis la terrasse (avec hamac s'îl vous plaît), super accueil, super dîner et super p'tit dèj ! On vous conseille cet hostal ! On a également rencontré un couple de français très sympa et leurs 3 enfants qui voyagent pendant 6 mois en Amérique du Sud, génial non ?


Jour 2

De Isinlivi (3000 m d'altitude) à Chugchillan (3200 m d'altitude) 

 

  • 5 H / 12 kms
  • Dénivelé positif 571 m
  • Dénivelé négatif 328 m

Ce tronçon est de loin le plus beau des 3, on ne s'ennuie pas, le décor change assez souvent et encore une fois, on longe la rivière pendant un certain temps et franchement, rien de mieux que de faire une pause en allant se tremper les pieds dans l'eau froide !


La première moitié de ce trek sera majoritairement en descente ou sur du plat. On est vraiment au fin fond de la campagne. Les petites fermettes sont sensiblement les mêmes, en béton, gardées par un chien et un vieux sur son tabouret, qui ne peut pas faire grand-chose d'autre que de laisser passer le temps en contemplant sa campagne.

 

En longeant la rivière, on a rencontré pas mal d'enfants s'amusant à cheval (de vrais caballeros !), qui transportaient de la paille ou qui nous observaient tout simplement. On a pris des sentiers vraiment charmants, soit un peu en hauteur au-dessus des clairières, soit très étroits creusés entre 2 montagnes, tantôt boueux, tantôt caillouteux et on a même traversé un pont qui n'était rien d'autre qu'un tronc d'arbre bien fixé!

Pour ce qui est de la deuxième moitié du parcours, encore une montée peu scrupuleuse qui ne laisse pas de temps à la contemplation mais plutôt aux plaintes de nos jambes fatiguées. Enfin, n'exagérons rien, on quand même profité de vues splendides sur la vallée ensoleillée, mais on les aura sacrément méritées! Les 2 derniers kms n'ont que très peu d'intérêt puisqu'ils empruntent la route panaméricaine. On en a donc profité pour accélérer et terminer cette journée devant la fin de la demi-finale de coupe du monde entre la France et la Belgique. Jérôme était aux anges !!

La boucle de Quilotoa
La boucle de Quilotoa
La boucle de Quilotoa

Remarque :

 

Sur ce tronçon, il y a des balisages presque partout, impossible de se tromper. Ceci dit, si vous souhaitez comme nous, profiter du meilleur de cette promenade, lisez bien les indications fournies par l'Hostal Tiana. En effet, au premier pont que vous allez croiser, ne le traversez pas mais passez entre les 2 gros rochers signalés par la peinture jaune 30 m avant celui-ci :

Arrivés à Chugchillan, on est passé devant l'hostal "Cloud Forest" que nous avions repéré sur les blogs. Nous sommes donc allés jeter un œil et franchement, l'endroit ne nous a pas du tout tenté. Le bâtiment n'a pas beaucoup de charme, il est au bord de la route et les chambres sont sombres. Sachant qu'il nous restait encore à profiter d'une bonne partie de l'après-midi, on a donc décidé d'aller toquer à l'hostal "El Vaquerio", que l'on savait tout proche. Et bien on n'a pas du tout regretté. Il est situé bien en retrait de la route, avec, encore une fois,  une vue superbe depuis la chambre ainsi que des parties communes. Les chambres sont claires et les salles de bain propres. On y a donc trouvé ce qu'on cherchait, à savoir la tranquillité et le charme. En plus, encore une fois, on avait une chambre rien que pour nous ! Et si vous avez froid, un petit poêle à bois vous attend dans les parties communes pour vous réchauffer. Ha ! J'allais oublier, pour ne rien gâcher, le gérant est super sympa !

Jour 3

De Chugchilan (3200 m d'altitude) à Quilotoa (3900 m d'altitude)

 

  • Dénivelé positif 1000 m
  • Dénivelé négatif 400 m

Cette 3 ème journée était pour nous la plus dure. Premièrement parce qu'on avait les 2 premières journées dans les pattes, deuxièmement parce qu'il y avait un vent de fou et troisièmement, ça monte beaucoup plus que ça ne descend.

 

La descente s'est faite facilement, le balisage est présent, il ne faut pas chercher à prendre un petit détour ou autre petit sentier comme les 2 autres jours mais bien rester sur les chemins principaux.

 

Comme je le disais plus haut, la montée arrive assez vite. On monte sur les crêtes des collines, pleines de fleurs jaunes et d'une espèce de lilas sauvage qui sent très bon. Il y en a partout, c'est magnifique! On croise des paysans de tous âges avec leur petit troupeau, des locaux qui transportent de la paille sur leur dos, on traverse encore des ponts en bois et quelques miradors nous attendent pour profiter de la vue et faire une pause de plus en plus longue à mesure que l'on fatigue. 

 

Puis on arrive enfin à la lagune. Elle est superbe, je dirais majestueuse ! Sur le papier, il reste encore 1 heure de marche en la longeant pour arriver au village de Quilotoa. Sur le papier…. On a mis le double. On était bien crevés et on a donc décidé de prendre notre temps. La diversité des paysages sur une si petite distance est surprenante. On a franchi des passages rocheux complètement nus, pour passer quasiment sans transition à des zones pleines de végétations balayées par le vent. Parfois, on retrouvait même des paysages nous rappelant la France, comme ce moment insolite où l'on a traversé une forêt de sapins en marchant sur du sable aussi fin que celui qu'on peut trouver sur nos plages, mais à 3800 m d'altitude! On aurait cru que la mer était toute proche! C'est d'ailleurs une caractéristique du parcours autour de la lagune, il est très sablonneux. Mais heureusement, entre tous ces passages où il fallait grimper dans le sable (je déteste grimper dans le sable, j'avance pas lol), il y avait pleins d'endroits où on pouvait prendre des photos et profiter de la vue. On était seul et on pouvait vraiment s'imprégner du lieu. 

Lagune d eQuilotoa
La boucle de Quilotoa
Lagune de Quilotoa
Lagune de Quilotoa
Lagune de Quilotoa
Lagune de Quilotoa
Lagune de Quilotoa

Une bonne trentaine de photos plus tard, on arrive au village. Il est vrai qu'il est un peu vétuste, cependant, beaucoup d'habitations sont encore en construction et les habitants cherchent à réaliser des constructions pas seulement utiles, mais aussi à les mettre en valeur avec un véritable style architectural. Soit des maisons blanches aux bords arrondis avec des décos en verre bleu, soit des maisons en bois et briques rouges avec poutres apparentes. On voit vraiment que les habitants font des efforts pour développer leur petit village.

 

Remarque :

 

Bien sûr, pour les moins aventureux, il est possible d'accéder directement à ce village et donc à la lagune en véhicule depuis la route (qui est toute neuve).

 

 

Nous avons décidé de passer la nuit à Quilotoa. On a vu sur Maps.me qu'il y avait une chambre d'hôte. On en parle à un local qui nous désigne un établissement qui correspond à peu près à l'emplacement indiqué, on entre et on demande le prix pour la nuit etc… la chambre bof, chauffée avec un p'tit ventilo chauffant et eau tiède. On trouvait que ça faisait pas vraiment maison d'hôte mais on s'est dit qu'ils se faisaient passer comme tel. Et là, en allumant la wi-fi, on voit qu'on n'était pas du tout à la maison d'hôte! Cependant c'était plutôt correct, il y a même un petit plus : la wi-fi y est excellente !

  • Accès au trek : Depuis Quito, prendre le bus pour Latacunga depuis le terminal terrestre sud "Quitumbe". Prix : 2.35 $/pers. Durée du trajet : 2 heures. Arrivée au terminal de Latacunga : traverser la passerelle pour se rendre au centre-ville (10 min de marche).
  • Logement Latacunga : "Hostal Tiana" : 11.50 $/pers en dortoir et 1 $/jour/pers pour garder le gros sac pendant le trek (1er jour gratuit) 
  • Début du trek : Se rendre à Sigchos : prendre le bus le matin au terminal de Latacunga pour Sigchos.  Prix : 2.15 $/pers. Durée du trajet 2 heures.
  • Pour s'orienter durant la randonnée : nous avons utilisé les indications détaillées fournies par l'hostal Tiana. Ces indications sont précieuses car elles évitent le plus souvent possible la route et font passer dans des endroits très charmants. Nous avons également utilisé Maps.me comme support uniquement pour vérifier que nous ne trompions pas de chemin.
  • Logement Isinlivi : "Hostal Taita Cristobal", 15 $/pers en chambre double privée, dîner et petit déjeuner compris. Se trouve facilement dans le petit village qui ne compte que quelques rues.
  • Logement Chugchilan : "Hostal El Vaquerio", 20 $/pers en chambre double privée, dîner et petit déjeuner compris.
  • Logement Quilotoa : "Samay Kirutoa Lodge", en chambre double privée, 25 $/pers négocié à 20 $/pers en se passant du petit déjeuner. A ce tarif, on a grignoté nos réserves de raisins secs et muesli ;)
  • Retour à Latacunga : premier bus juste devant notre lodge à 8h50 (contrairement aux indications du point d'information et du gérant de notre hôtel qui nous avaient promis un bus à 7h), 2 $ /pers. Durée du trajet : 2 heures.

Écrire commentaire

Commentaires: 7
  • #1

    Xavier Dabo (samedi, 21 juillet 2018 09:08)

    Super beau ! Vive le sport !
    Des bises

  • #2

    maman fabienne (mercredi, 25 juillet 2018 02:55)

    Super j'suis épatée de vos performances , ravie d'avoir de vos nouvelles , partager avec vous tous ces beaux paysages et vos photos.
    Votre blog est une idée géniale, très bien construit , très utile pour d'autres personnes et surtout pour nous pour vous suivre et être rassurés.
    Bisous et prenez soin de vous.
    A bientôt je ne manque pas vos épopées avec plaisir et délectation.
    avec tout mon amour de maman

  • #3

    Maman (samedi, 28 juillet 2018 19:33)

    Merci de nous donner de vos nouvelles ça nous rassure et on vous sent enchantés de vos périples ! En attente d'autres news gros gros bisous a vous deux ���

  • #4

    Laura (dimanche, 12 août 2018 01:19)

    C'est vraiment magnifique, les paysages sont à couper le souffle, j'imagine même pas en vrai... vous avez du en prendre plein les yeux! Les ptits chiens sont trop beaux et je veux un mouton hiiii <3

  • #5

    Bitume et cacahuètes (mardi, 14 août 2018 21:27)

    Oui Laura, on en prend plein les yeux, et le trek était vraiment très agréable de part les paysages mais aussi parce-que les hébergements étaient top pour se ressourcer (plats et p'tits dèj ;))

  • #6

    Guillaume (mercredi, 22 août 2018 11:52)

    Très belle rando !! Et bel article également :-)
    Ça donne envie :-)

  • #7

    Bitume et cacahuètes (mercredi, 29 août 2018 02:36)

    Merci Guillaume ! Contents que ça te donne envie, on est ravi d'inspirer les aux autres au voyage!